loading...

Nouvelles - News - Notícies - Noticias - Notizia

L’impact du stress sur l’hypertension

Posted on Juin 05,2017
hipertensión y estrés

L’hypertension artérielle a connu une augmentation soutenue de sa prévalence et devrait toucher plus de 1,5 milliard de personnes d’ici 2025. À l’heure actuelle, l’hypertension affecte 1 adulte sur 3 aux États-Unis et on lui attribue également d’un décès sur 7. De nombreuses causes ont contribué à l’augmentation de la prévalence, avec une attention particulière accordée au stress mental, y compris le stress lié aux problèmes financiers, l’anxiété et la dépression. En outre, la résilience au stress au début de la vie de l’individu est fortement liée au risque d’hypertension artérielle pendant la vie adulte. Le stress lié aux conditions de travail s’est avéré être associé à une pression artérielle élevée la nuit pendant le sommeil et le travail. Il est bien prouvé que l’épaississement du muscle cardiaque chez les patients souffrant d’hypertension artérielle est davantage corrélé à des situations stressantes qu’à la tension artérielle mesurée à la maison ou chez le médecin. On a émit l’hypothèse que ceci soit dû à une altération de l’oxyde nitrique synthase neuronale, une enzyme responsable de la facilité du stress mental, entraînant une activation de l’activité sympathique et de la libération d’adrénaline, une hormone responsable des changements de stress dans le corps, entraînant alors des événements cardiaques et sur les vaisseaux  comme l’hypertension artérielle. Les tests de stress psychosocial ont révélé que le stress psychologique contribue dans une large mesure à l’élévation du mauvais cholestérol dans le sang qui est considéré comme un facteur de risque d’hypertension artérielle. Beaucoup d’études ont prouvé que les techniques ou les méthodes qui ont été utilisées pour réduire le stress pendant 24 semaines montrent un impact positif sur l’abaissement de la pression sanguine, y compris la méditation. Cependant, l’effet positif d’une technique spécifique dans la réduction de la tension artérielle nécessite toujours d’autres recherches.

stress-hypertension

La fatigue est considérée comme le symptôme clinique le plus fréquent en pratique. Les caractéristiques les plus importantes sont la diminution de la capacité et la perte de motivation pour le travail, mais également un besoin de sommeil accru. Il s’agit de nombreux problèmes médicaux. Les patients souffrant d’hypertension artérielle souffrent de fatigue en raison du non-traitement et des dommages du cœur et des vaisseaux. En outre, certains médicaments qui sont administrés pour réduire la tension artérielle peuvent causer de la fatigue, y compris les bêta-bloquants. Le chercheur a constaté que les patients souffrant de fatigue chronique, une maladie rhumatologique, souffrent moins de hypotension orthostatique.

La fonction sexuelle est l’un des aspects importants affectés par l’hypertension artérielle. L’incapacité d’obtenir une érection est la plainte la plus pénible chez les patients atteints d’hypertension. En outre, l’atteinte des fonctions sexuelles peut être augmentée par les médicaments utilisés pour traiter l’hypertension, y compris les béta-bloquants (par exemple le Métoprolol). D’autre part, il a été suggéré que les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II peuvent être associés à l’amélioration de l’érection et d’autres fonctions sexuelles masculines.

Malgré la recherche approfondie concernant la sexualité masculine chez les patients souffrant d’hypertension artérielle et recevant des médicaments pour abaisser leur tension, les atteintes sexuels chez les femmes sont restés non identifiés. Une étude récente a conclu que les femmes atteintes d’hypertension souffrent d’une moins bonne de lubrification vaginale, diminuent la durée des orgasmes et augmentent les douleurs pendant les rapports sexuels. Cependant, les émotions et les sentiments ne semblent pas être affectés chez les patients souffrant d’une pression artérielle systolique élevée.

Bibliographie:

  • Kearney PM, Whelton M, Reynolds K, et al. Global burden of hypertension: analysis of worldwide data. Lancet. 2005; 365:217–23.
  •  MMWR. Vital Signs: Prevalence, Treatment, and Control of Hypertension—Estados Unidos 1999–2002 y 2005–2008. MMWR Morb Mortal Wkly Rep. 2011; 60:103–8.
  •  Matthews KA, Katholi CR, McCreath H, et al. Blood pressure reactivity to psychological stress predicts hypertension in the CARDIA study. Circulation. 2004; 110:74–8.
  •  Crump, C., Sundquist, J., Winkleby, M. and Sundquist, K. (2016). Low stress resilience in late adolescence and risk of hypertension in adulthood. Heart, 102(7), pp.541-547.
  •  STEPTOE, A. (2005). Impact of Job and Marital Strain on Ambulatory Blood Pressure. American Journal of Hypertension, 18(8), pp.1138-1138.
  •  Devereux, R., Pickering, T., Harshfield, G., Kleinert, H., Denby, L., Clark, L., Pregibon, D., Jason, M., Kleiner, B., Borer, J. and Laragh, J. (1983). Left ventricular hypertrophy in patients with hypertension: importance of blood pressure response to regularly recurring stress. Circulation, 68(3), pp.470-476.
  • Khan, S., Geer, A., Fok, H., Shabeeh, H., Brett, S., Shah, A. and Chowienczyk, P. (2015). Impaired Neuronal Nitric Oxide Synthase-Mediated Vasodilator Responses to Mental Stress in Essential Hypertension. Hypertension, 65(4), pp.903-909.
  • Kuebler, U., Trachsel, M., von Känel, R., Abbruzzese, E., Ehlert, U. and Wirtz, P. (2014). Attributional styles and stress-related atherogenic plasma lipid reactivity in essential hypertension. Journal of Psychosomatic Research, 77(1), pp.51-56.
  •  Nagele, E., Jeitler, K., Horvath, K., Semlitsch, T., Posch, N., Herrmann, K., Grouven, U., Hermanns, T., Hemkens, L. and Siebenhofer, A. (2014). Clinical effectiveness of stress-reduction techniques in patients with hypertension. Journal of Hypertension, 32(10), pp.1936-1944.
  • Jason, L., Taylor, R., Kennedy, C., Jordan, K., Song, S., Johnson, D. and Torres-Harding, S. (2003). Chronic Fatigue Syndrome: Symptom Subtypes in a Community Based Sample. Women & Health, 37(1), pp.1-13.
  •  Smith, E., Kacker, S., Raskin, A., Yun, P., Davidson, J., Hoffman, B. and Clark, J. (1996). Central propranolol and pindolol, but not atenolol nor metoprolol, inhibit sexual behavior in male rats. Physiology & Behavior, 59(2), pp.241-246.
  • Nelesen, R., Dar, Y., Thomas, K. and Dimsdale, J. (2008). The Relationship Between Fatigue and Cardiac Functioning. Archives of Internal Medicine, 168(9), p.943.
  • Dusing, R. (2005). Sexual Dysfunction in Male Patients with Hypertension. Drugs, 65(6), pp.773-786.
  • Smith, E., Maurice, J., Richardson, R., Walter, T. and Davidson, J. (1990). Effects of four beta-adrenergic receptor antagonists on male rat sexual behavior. Pharmacology Biochemistry and Behavior, 36(4), pp.713-717.
  • Chobanian, A., Bakris, G., Black, H., Cushman, W., Green, L., Izzo, J., Jones, D., Materson, B., Oparil, S., Wright, J. and Roccella, E. (2003). Seventh Report of the Joint National Committee on Prevention, Detection, Evaluation, and Treatment of High Blood Pressure. Hypertension, 42(6), pp.1206-1252.
  • Duncan, L., Lewis, C., Jenkins, P. and Pearson, T. (2000). Does hypertension and its pharmacotherapy affect the quality of sexual function in women? American Journal of Hypertension, 13(6), pp.640-647.
  • Foy, C., Newman, J., Berlowitz, D., Russell, L., Kimmel, P., Wadley, V., Thomas, H., Lerner, A. and Riley, W. (2016). Blood Pressure, Sexual Activity, and Dysfunction in Women with Hypertension: Baseline Findings from the Systolic Blood Pressure Intervention Trial (SPRINT). The Journal of Sexual Medicine, 13(9), pp.1333-1346.

 

Comments are Closed