loading...

Nouvelles - News - Notícies - Noticias - Notizia

Comment la santé connectée peut transformer la vie des patients souffrant de pathologies chroniques.

Posted on Sep 15,2017
salud conectada app

Et si nous imaginions comment la technologie pourrait transformer la vie de Bea, une jeune femme souffrant d’hypertension artérielle et ainsi, sujette aux risques cardio-vasculaires associés.

Chaque jour, Bea enregistre les chiffres de sa tension artérielle, son poids, son activité physique, son rythme cardiaque au repos. Elle peut si nécessaire enregistrer son électrocardiogramme. Toutes ces données sont alors mises en mémoire sur un cloud sécurisé et confidentiel (aux normes du Règlement Européen des Données Personnelles), dans lequel tournent des algorithmes d’analyse prédictive (type ‘machine learning).

Ces analyses sont directement communiquées au médecin ou infirmier, qui vont bénéficier d’une aide au diagnostic et à l’évaluation de l’état de Bea en temps réel et ainsi vérifier l’efficacité du traitement ; de son côté le pharmacien pourra analyser les interactions médicamenteuses et l’observance au traitement.

Les rendez-vous de Bea avec son médecin, ses dialogues avec son pharmacien ou son infirmière, sont rendus plus précis, focalisés sur l’évolution de son état tensionnel, et cardio-vasculaire. En effet, riches de données enregistrées et des analyses prédictives, Médecins, Pharmaciens, infirmiers… ont une meilleure vision globale et peuvent mieux déterminer le traitement ainsi que les règles hygiéno-diététiques les plus adaptées à  Bea. Les risques associés à sa tension diminuent et sont alors sous contrôle.

Toutes ces données sont intégrées et accessibles dans le dossier médical de notre patiente. La prise de rendez-vous avec les soignants est facilitée voire automatique, le renouvellement de ses prescription peut être lui aussi automatisé et la livraison à domicile de ses médicaments sont assurés. L’observance est augmentée, tout en économisant temps et argent.

Le partage des données Bea, rendues anonymes, permet aussi de développer la recherche médicale et les enquêtes épidémiologiques sur la pathologie dont elle souffre et qu’elle souhaite voir vaincue.

santé connectée

Cette description vous semble appartenir à un futur plus ou moins lointain ?

Détrompez-vous, c’est déjà possible aujourd’hui, en voici quelques exemples:

  • Depuis le 1er trimestre 2017, Le suivi des paramètres clés pour le traitement de l’hypertension existe. Tension artérielle, poids, activité physique, rythme  cardiaque au repos, partagés en temps réel avec le médecin ou le pharmacien choisi par le patient, via un cloud sécurisé aux normes HADS et une solution suivant les normes RGDD est en place. C’est CARACAL.LIFE., qui, de plus à travers des récompenses, encourage le patient à se suivre de façon régulière et ainsi maîtriser sa tension.
  • Un ÉlectroCardioGramme  communiqué en temps réel à son cardiologue ? à son médecin traitant ?

Cela existe déjà ! c’est ce que propose I-CARDIO à Barcelone, avec son appareil connecté elle permet de faire un ECG de façon simple et autonome, de le partager avec des médecins spécialisés qui en feront une première analyse.

  • Des algorithmes prédictifs, du type ‘intelligence artificielle’, ou machine learning ?

C’est déjà le cas ! avec la start-up d’origine française CARDIOLOGS qui a mis aux points ses algorithmes ‘machine learning’ comme  aide au diagnostic d’accidents cardio-vasculaires.

L’ensemble de ces services sont développés ou bientôt prêts à être utilisés, leur intégration reste à réaliser.

Quelques start-ups travaillent sur le sujet, comme InnovSanté et son projet de carnet de santé universel, qui numérise la chaîne de soins et met à disposition les données du patient de façon sécurisée à l’ensemble des soignants.

Ainsi, les principaux défis ne sont pas technologiques, mais liés à leur usage, à leur adoption par les patients, mais aussi et surtout par l’ensemble des soignants. En effet, ces technologies changent les habitudes et demandent un ajustement des pratiques. Intégrer ces technologies dans la pratique médicale va être fondamentale dans la médecine du futur.

Un autre facteur clé pour l’adoption de ces technologies est leur coût: il faut que cela soit bon marché et éviter les effets ‘gadgets’ ainsi qu’une obsolescence trop rapide des objets connectés.  Chez CARACAL nous prônons la location de ces objets, plutôt que leur achat. La location s’avère plus intéressante économiquement mais aussi technologiquement dans l’actualisation des appareils, et ce, tant pour le patient que pour les pharmaciens ou les Médecins.

Il reste un aspect à aborder, et non des moindres, celui de  la sécurité et dela confidentialité des données, en effet notre patiente Bea ne souhaite pas que ses données soient utilisées à des fins commerciales.

santé connectée tension

Si aujourd’hui la CNIL en France et le prochain règlement européen pour les données personnelles -RGDP- posent les règles du jeu de la confidentialité et du recueil systématique de l’accord du patient pour l’utilisation de ses données ; force est de reconnaître que beaucoup de services laissent ‘fuiter’ les données, les monétisent auprès de brokers qui en commercialisent les analyses auprès d’annonceurs ou autres…

Une piste prometteuse pour assurer l’absolue confidentialité est la technologie ‘blockchain’. Grâce à cette technologie, le patient sera l’unique propriétaire d’une clé permettant l’authentification et le déchiffrage de ses données. Le patient aura alors tout pouvoir quant à l’utilisation de ses propres données. Le blockchain devrait permettre de limiter les failles de sécurité et le traçage des données.

Le Blockchain permettra la mise oeuvre d’un dossier médical patient unique et distribué, interopérable et sûr.

Au delà des bénéfices multiples que représente la Santé connectée pour le patient, la mise en commun des données des patients dans le cadre d’études épidémiologiques big data est riche d’espoirs. Le big data ou encore la science de la donnée vit une période d’accélération sur au rythme exponentiel. Grâce aux nouvelles techniques développées par les géants de la silicon valley afin de tirer partie des gigantesques volumes de données qu’ils ont, aujourd’hui, à disposition, ces techniques – réseaux neuronaux, ‘deep learning’ – permettent de trouver de nouvelles pistes de traitements. En effet, en analysant les données patients – analyses du sang, constantes type pression artérielle et ECG, génome, flore intestinale…- et en trouvant des corrélations jusque là invisibles, il devient possible de mettre au point des modèles d’anticipation pour une meilleure maîtrise des risques et améliorer l’efficacité des traitements.

Si le futur est plein de promesses, le présent offre déjà de réelles opportunités d’avancées, les acteurs de la santé publique ont un rôle fondamental à jouer. Par leurs appels à projet ils doivent favoriser l’émergence et l’adoption de ces nouvelles pratiques.

Le style de vie, le vieillissement de la population, les facteurs environnementaux sont des éléments qui concourent à la croissance de la population d’hypertendus, cette population sera de plus de 15 millions de personnes dans les années à venir en France. La maîtrise du coût de cette pathologie va rapidement être un défi de Santé publique sans parler des complications associées. La prévention, la maîtrise de la tension deviendront des objectifs « obligés ».

La Santé connectée est indiscutablement LE moyen pour y parvenir au profit du patient, du médecin et de l’économie de santé.

Comments are Closed